Découvrir la ville d’Aladdin au Maroc

chefchaouen

Dans le sac de Mademoiselle B, un aller-retour au Maroc dans l’objectif de combiner repos et visite du Maroc en immersion totale (en évitant tous les attrapes touristes!). Pendant ce séjour, la visite de la ville d’Aladdin est le passage obligé : Chefchaouen ! Voici mon périple en quatre jours avec Siham, Najmiya et Zakia.

maroc;morocco;chefchaouen;kenitra;meknesNous avons séjourné deux jours à Meknès (1h en voiture de l’aéroport de Fès) et ensuite pris la route pour Chefchaouen (3h de Meknès). En fin de journée, nous étions à Kenitra (5h de Chefchaouen) pour profiter de la plage. Puis retour le lendemain à la maison à Meknès (2h de route). 

 

Chefchaouen, la ville bleue
chefchaouen

chefchaouen

chefchaouen

chefchaouen

chefchaouen

chefchaouen

chefchaouen

chefchaouen

chefchaouen

chefchaouen

Pourquoi la couleur bleue? Un peu d’histoire…
Il s’agit en fait de pigments bleus associés à la chaux pour badigeonner les crépis. Cette tradition a été introduite par la population juive de la ville dans les années 1930. La couleur bleue avait pour but de camoufler le vert symbole de l’islam. À Chefchaouen, tout est bleu, les façades, les portes et fenêtres, les escaliers, les minarets, les taxis, les tombes, la station de bus grande ligne et parfois les gens. L’architecture a été également influencée par la culture andalouse. La ville a prit son essor avec l’arrivée de réfugiés musulmans et juifs fuyant les persécutions de Grenade en 1494. A l’époque la ville était interdite aux chrétiens sous peine de mort. Elle fut occupée par les troupes espagnoles à partir de 1920. Ils y restèrent jusqu’a l’indépendance du pays en 1956. Aujourd’hui, des touristes espagnols y séjournent pour le week-end. Certains achètent les vieilles demeures de la Médina. La ville se vide progressivement de ses habitants et ces marchés au profit du tourisme et des boutiques de souvenirs, dommage…

Sur les routes du Maroc
Pour accéder à Chefchaouen de Meknès, trois heures de route en nationale à travers les montagnes. C’est le dépaysement total. Sur la route, des vendeurs de poterie, des champs de tournesol, des cactus, des villages très pauvres, des paysans sur des ânes, des mobylettes,… font partis du paysage. Pendant ce voyage, Maher Zain et sa chanson “mawlaya” nous accompagne (clip à la fin de cet article).

routemaroc

maroc

Pour visiter le Maroc, la location d’une voiture est indispensable, encore faut-il ne pas avoir oublié son permis de conduire (j’ai pas zappé le passeport c’est déjà ça), donc pas de conduite pour moi sinon en cas de contrôle sans permis c’est la prison parait-il. Trop dégoutée !! Alors en tant que passagère je profite du paysage. Conduire au Maroc c’est la loi “du plus fort”.

Le hammam, passage obligé lors d’un séjour au Maroc
Enfin la découverte d’un “vrai” hammam non touristique avec que des Marocaines de Meknès. L’entrée au hammam est de 1,20€ + 2€ pour un soin gommage. Chaque femme se rend au hammam avec son gant de crin, sa bassine et son tapis en plastique. Après s’être installées, une femme arrive pour me faire un gommage à même le sol sur mon tapis durant 20 minutes. Gommage qui s’est révélé assez soft, Zakia lui avait demandé de ne pas être trop dynamique avec moi, je n’ai pas l’habitude ! En sortant du hammam j’ai la peau toute douce, c’est hyper agréable mais la chaleur du hammam m’a fatiguée.

Meknès, ville impériale
Cette ville historique est placée sous la protection de l’Unesco depuis 1996. De nombreuses choses sont à voir et visiter. Quelques jours seulement au Maroc ne sont pas suffisants. Je reviendra en prenant le temps de la visiter plus longuement, Inch Allah! Voici un petit aperçu.

marocblog

Bassin de l’Agdal, qui a été prévu pour irriguer les jardins du palais

marocblog

Le soir la Médina offre une ambiance identique à celle déjà vécue à la Place Jama El Fna à Marrakech : des animations, des odeurs, des couleurs, une foule importante et les souks ! J’adore ces étalages d’épices, de pâtisseries marocaines, de produits de beauté, son huile argan et ces prix dérisoires à condition de négocier. C’est ce que j’aime dans les souks, “une vraie Marocaine” ne cesse de me répéter Siham. Dans une autre vie, j’aurais aimé être Marocaine ahah.

maroc

maroc

Pour finir en musique en se mettant dans l’ambiance, voici le clip de Maher Zain

 

Be Sociable, Share!

lesacdemademoiselleb